Facebook

Facebook : plus de religion, de politique ni d’orientation sexuelle

Le réseau social Facebook se met à jour et empêchera bientôt ses utilisateurs de partager les données jugées trop personnelles.

Facebook va discrètement supprimer certaines informations des profils de ses utilisateurs. C’est le consultant Matt Nevara, spécialiste des réseaux sociaux, qui annonce la nouvelle sur Twitter.

Wakatt Communication

Relayée par Gizmodo, l’information est confirmée par la plateforme. Le réseau social va supprimer, entre autres, les opinions religieuses, politiques, les préférences sexuelles et les adresses. Tout cela, à partir du 1er décembre.

L’air de rien, cette mise à jour marque un tournant dans la gestion de Facebook. En effet, la plateforme s’est toujours démarquée de ses concurrents avec ses profils souvent riches en informations. Toutefois, ce qui faisait son charme à ses débuts est aujourd’hui un fardeau.

Après une quinzaine d’années marquées par des fuites de données ponctuelles et des scandales à répétition, il est temps pour Facebook d’améliorer sa confidentialité.

D’autant plus que les utilisateurs eux-mêmes sont aujourd’hui beaucoup plus méfiants quant aux données qu’ils fournissent.

Selon un porte-parole de Meta, le réseau social préviendra, dans les jours qui viennent, tous les utilisateurs qui ont rempli les champs concernés par la suppression.

Plus généralement, Facebook affirme que cette mise à jour se place dans la continuité de ses efforts pour apprendre aux internautes à séparer les données banales des données sensibles.

Parmi lesquelles nous retrouvons donc notamment l’orientation sexuelle ou la religion. À noter que si ces données ne sont plus utilisées pour le ciblage publicitaire, ce n’est toujours pas le cas pour la localisation et l’historique de navigation.

Au-delà de l’aspect des relations publiques, Meta veut aussi « optimiser la navigation et l’utilisation » de Facebook.

Au fil des années, la plateforme a accumulé les fonctionnalités, pas toujours utiles, et son interface s’est progressivement encombrée. Au milieu des interfaces minimalistes des autres réseaux, Facebook dénote. Et pas de la meilleure des manières. Pour le dire simplement, le réseau social fait désormais plus fuir les utilisateurs qu’il ne les attire.

Le problème, c’est que le PDG de Meta, Marck Zuckerberg, semble peu intéressé par la situation financière de son entreprise.

Le golden boy de la Silicon Valley préfère se concentrer sur son metavers, malgré les pertes colossales engendrées par la mise au point de cette réalité virtuelle.

Or, en attendant que ce metavers deviennent rentables, les revenus de l’entreprise dépendent directement de Facebook, Instagram et, dans une moindre mesure, WhatsApp.

Reste d’ailleurs à voir si Meta compte accentuer ses efforts pour remettre Facebook sur les rails, ou si la société décide de concentrer ses efforts sur WhatsApp et ses deux milliards d’utilisateurs.

Geeko

Suivez Wakatt Médias sur Facebook, Linkedin et Instagram pour ne rien rater de l’actu

Facebook Comments Box