Recherche pour :
Meta

Meta est le nouveau nom de Facebook

Ce jeudi 28 octobre, Mark Zuckerberg s’est exprimé lors de la conférence Connect et a dévoilé ses nouveaux projets dans le metaverse. Il a aussi annoncé le changement de nom du groupe Facebook, qui s’appelle désormais Meta.

La maison mère de Facebook fait peau neuve ! Cela fait quelques mois que Mark Zuckerberg, patron du groupe, annonce de gros changements et ceux-ci ont été confirmés hier lors de la conférence Connect.

Le CEO n’a jamais caché son intention de s’investir dans le metaverse, un univers en 3D fait de réalité virtuelle et de réalité augmentée. Il entend désormais miser sur cette innovation qu’il juge incontournable. « Le metaverse sera le successeur de l’internet mobile », déclare-t-il.

Le fondateur du géant des technologies, accusé de faire passer les profits avant les humains par une lanceuse d’alerte et de nombreux élus, a choisi « meta » – « au-delà » en grec ancien – pour montrer qu’il y a « toujours plus à construire ». « Nous avons beaucoup appris en nous confrontant à de nombreux problèmes », a-t-il déclaré, jugeant qu’il est désormais temps de tirer les leçons pour « construire le prochain chapitre ».

Cette annonce a été faite au terme d’une heure et demie de présentation du « metaverse », « métavers » en français pour méta-univers.

Selon lui, le métavers représente l’avenir de l’Internet, après les ordinateurs et les téléphones portables, auquel le public aura accès pour interagir, travailler ou se divertir via les technologies (lunettes de réalité augmentée, casques de réalité virtuelle, etc.).

Ce changement de nom est interprété comme une manœuvre de distraction par les critiques du groupe californien, empêtré dans les scandales et controverses, de la désinformation à la confidentialité des données en passant par le respect du droit de la concurrence.

En novembre 2019, le groupe Facebook (de son nom à l’époque) avait déjà modifié son logo, qui n’était plus seulement bleu, mais pouvait prendre plusieurs couleurs en fonction de l’application sur laquelle on le trouvait. « Nous mettons à jour notre image de marque pour qu’elle soit plus claire », expliquait à l’époque Antonio Lucio, chef marketing de la multinationale.

Instagram

Instagram permet enfin de publier des photos depuis un ordinateur

Depuis ses débuts, Instagram a toujours été intimement lié aux smartphones. À cause de ce lien très étroit, le réseau social n’a jamais ressenti le besoin d’investir pleinement les ordinateurs.

Au fil des années, Instagram a fourni certaines de ses fonctionnalités aux navigateurs des ordinateurs, mais la publication de contenu restait cependant réservée aux téléphones.

Jusqu’à présent, les utilisateurs qui voulaient télécharger des photos depuis leur ordinateur devaient recourir à des applications tierces. Mais dès ce 21 octobre, le réseau social permettra nativement de choisir une image, de la modifier avec des filtres et des effets, puis de la publier depuis Chrome, Edge, Opera ou encore Firefox.

Cette fonctionnalité était attendue depuis longtemps par les utilisateurs qui, bien qu’ils continuent d’utiliser Instagram depuis leurs téléphones portables, souhaitaient pouvoir publier du contenu depuis leur l’ordinateur.

Instagram réalise des tests internes depuis mai auprès de certaines personnes sélectionnées. Cela a visiblement bien fonctionné puisque l’entreprise a décidé d’étendre l’option à tous les utilisateurs, qu’ils soient sur Windows, Mac ou Linux.

Instagram, tout comme Facebook, est officiellement interdit aux utilisateurs en dessous de 13 ans. Mais les choses pourraient prochainement changer. Dans un document interne que s’est procuré BuzzFeed, on apprend qu’Instagram prévoit de développer une nouvelle version de son application, qui permettra aux utilisateurs de moins de 13 ans de profiter de leur première expérience sur Instagram, tout en restant dans un environnement sécurisé.

La plate-forme entend également améliorer et renforcer son intégrité et sa confidentialité pour proposer aux adolescents une expérience d’utilisation la plus sécurisée possible.
Cette annonce interne intervient deux jours après qu’Instagram ait annoncé le déploiement de nouvelles fonctions pour renforcer la protection des mineurs utilisant son application.

Pour superviser le développement de cette nouvelle application, Instagram s’est offert les services de Pavni Diwanji, une ancienne employée de Google qui était responsable des produits destinés aux enfants, dont YouTube Kids.  

Microsoft

Microsoft ferme LinkedIn en Chine

Microsoft a annoncé ce 14 octobre avoir décidé de fermer la version localisée de LinkedIn en Chine. Mohak Shroff, le vice-président senior de LinkedIn, a détaillé sur le blog officiel le choix de cette fermeture. Il évoque un environnement d’exploitation difficile et des exigences de conformité très élevées.

« Bien que nous ayons réussi à aider les membres chinois à trouver des emplois et des opportunités économiques, nous n’avons pas rencontré le même succès pour les aspects plus sociaux du partage et de l’information », explique Mohak Shroff.

En 2014, une version localisée de LinkedIn avait été spécialement conçue pour le marché chinois. Les fonctionnalités de cette version étaient limitées afin de se conformer aux exigences du gouvernement. La version chinoise de LinkedIn comptait toutefois plus de 50 millions d’utilisateurs nationaux.

C’était la seule grande plateforme sociale autorisée à opérer en Chine appartenant à une entreprise américaine. Cette décision d’arrêter le développement de l’application implique que LinkedIn rejoindra désormais Google, Twitter ou encore Facebook sur la liste des sites bloqués en Chine.

En mars dernier, le New York Times a rapporté que le Bureau d’Information du conseil d’État chinois avait réprimandé LinkedIn pour sa censure trop « laxiste ».

Deux mois plus tard, l’administration du cyberespace chinois avait répertorié 105 applications accusées de collecte de données inappropriée, citant entre autres LinkedIn.

Pour continuer de pouvoir opérer, LinkedIn a étendu ces dernières années la censure aux profils d’utilisateurs étrangers. Depuis 2019, un certain nombre de journalistes, universitaires et militants d’autres pays ont vu leurs profils bloqués en Chine. 

La BBC a par ailleurs rapporté que la plateforme était utilisée par les agences de renseignements chinoises comme outil de recrutement.

InJobs, un clone de LinkedIn inoffensif ( Microsoft)

Malgré cet arrêt, Microsoft n’a pas totalement l’intention de se retirer du marché chinois des offres d’emploi. Le géant américain a déjà indiqué qu’il travaillait sur une nouvelle application autonome dénommée « InJobs ».

Elle ne comprendra pas de flux social et ne donnera pas la possibilité de partager des messages ou des articles. Ces restrictions devraient empêcher la diffusion de contenu jugé inapproprié par le gouvernement chinois. Cette nouvelle plateforme sera lancée dans les prochains mois.

Geeko

OUTLOOK

Outlook cessera bientôt de fonctionner sur certains ordinateurs

Depuis plusieurs semaines, Microsoft alerte les utilisateurs que les plus anciennes versions d’Outlook ne pourront plus se connecter aux services Microsoft 365 s’ils n’effectuent pas une mise à jour avant le 1er novembre.

La firme de Redmond a ainsi indiqué dans un communiqué que les utilisateurs d’Outlook 2007, 2010 et certaines anciennes versions d’Office 2013 ne pourront plus se connecter à leur messagerie à partir de cette date. Plus précisément, les utilisateurs d’Office 13 disposant de la version 15.0.4971.1000 ou d’une version antérieure devront impérativement se mettre à jour.

L’entreprise recommande vivement aux utilisateurs d’effectuer une mise à niveau de leurs logiciels avant cette date afin d’éviter tout problème de sauvegarde ou d’édition dans leurs documents.

Selon Microsoft le nombre de personnes utilisant des versions obsolètes a grandement diminué au cours des dernières semaines. « Depuis notre message de l’automne dernier, nous avons constaté une baisse de l’utilisation des versions non prises en charge d’Outlook pour Windows – bravo ! Si vous utilisez toujours d’anciennes versions, veuillez commencer à travailler sur un plan de migration avant le 1er novembre », indique la firme dans un communiqué. « Notre équipe d’assistance clientèle est en train de contacter les locataires qui utilisent le plus Outlook 2007 et 2010 pour les aider à respecter la date limite. Si vous avez des questions ou des préoccupations concernant la migration de tous les utilisateurs vers ces versions non supportées, veuillez contacter vos équipes de support. »

Outlook , des raisons de sécurité évoquées

Pour expliquer les raisons de ce blocage, Microsoft évoque des raisons de sécurité. Premièrement, Microsoft ne prendra plus en charge l’authentification de base, basée sur la simple utilisation d’un mot de passe et d’un nom d’utilisateur. Deuxièmement, la firme indique travailler sur l’ajout de la prise en charge du HTTP/2, l’évolution du protocole HTTP, qui devrait améliorer la vitesse du service. Ces modifications nécessitent de mettre à jour le logiciel des utilisateurs. Enfin, Microsoft rappelle qu’utiliser des versions obsolètes ou non mises à jour représente un risque pour la stabilité et pour la sécurité du service.

Les utilisateurs les plus impactés seront très certainement les petites et moyennes entreprises ainsi que certaines administrations, dont les moyens ne permettent pas de mettre à jour régulièrement leur matériel. S’il apporte certains désavantages d’ordre pratique ou financier, ce passage forcé à des versions plus récentes est toutefois une bonne nouvelle pour la sécurité des utilisateurs.

Geeko

WhatsApp

WhatsApp cessera de fonctionner sur certains smartphones à partir du 1er Novembre

Dès le 1er novembre, tous les utilisateurs d’un smartphone tournant avec un système d’exploitation plus ancien que Android 4.1, iOS 10 ou KaiOS 2.5.1. se retrouveront dans l’impossibilité d’utiliser WhatsApp.

À cette date, l’application de messagerie bénéficiera d’une mise à jour importante qui permettra de transférer ses données WhatsApp (messages, appels, etc.) d’un appareil Apple, vers un Samsung. Cette option sera ensuite étendue à d’autres appareils fonctionnant sous Android.

Les utilisateurs de smartphones trop anciens seront dans l’incapacité de faire cette mise à jour et n’auront d’autre choix que de basculer vers une autre application de messagerie, comme Signal ou Telegram, ou de changer de téléphone s’ils désirent continuer à utiliser WhatsApp.

Au total 43 modèles de smartphone sont concernés chez Samsung, Apple, Huawei, LG, ZTE, Sony et quelques autres.

Geeko

Fact-checking

Fact-checking : une vidéo montrant des groupes armés jugée fausse.

Depuis quelques temps, cette vidéo circulant sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, montrant des groupes armés n’est pas d’actualité. ( Fact-checking )

En effet, elle a été tournée à Amasrakad en territoire Malien le 10 Avril 2021 lors d’une démonstration de force des groupes armés qui venaient de sceller un accord de fusion entre le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad, le MSA et le FPA.

La BCLCC invite les internautes à se démarquer de ce type de publication, tout en évitant de la relayer. ( Fact-checking)

Ces fausses informations contribuent à la désinformation tout en semant la psychose au sein des populations.

N’hésitez pas à signaler ce type de contenu sur les réseaux sociaux.

Fact-checking

Trading

Trading: il disparait avec plus de 40 millions

L’investissement en ligne ( Trading) peut être défini comme une méthode de négociation sur le marché financier consistant à placer des ordres d’achat ou de vente de titres via Internet.

Le développement d’Internet a changé la façon dont le commerce des actions et des titres est effectué aujourd’hui, car chaque opportunité d’investissement est à portée de clic.

Cependant, cette activité en plein essor n’est pas sans conséquence. En effet, GT après avoir été initié à ce type d’investissement, dit avoir commencé à faire la promotion de ses services sur les réseaux sociaux.

Suite à ses publications K C W est entré en contact avec lui en lui proposant un business qui n’était rien d’autre que l’investissement en ligne couramment appelé trading.

C’est ainsi qu’ils ont décidé de créer un club dénommé « Club des Investisseurs Riches » (CIR) dont GT est le promoteur.

Dans la conduite de cette activité, GT était chargé de faire la promotion et de collecter les fonds auprès des investisseurs à qui il délivrait une décharge et un contrat de six (06) mois.

A terme, chaque investisseur devrait recevoir en plus de son capital 100% de bénéfice.

Le capital minimum d’investissement dans ce club est de cinq cent mille (500 000) FCFA. GT s’est alors investi et a pu collecter au total quarante millions six cent mille francs (40 600 000) FCFA environ auprès de plusieurs investisseurs.

Ce montant est reversé à K C W pour assurer la partie technique c’est à dire trader. ( Trading)

Quelques semaines après avoir reçu les fonds K C W est resté introuvable et ne répondait plus aux appels et messages de son associé.

Les six mois du contrat étant alors expirés, les investisseurs cherchaient à comprendre afin de rentrer en possession de leur retour sur investissement et surtout leurs investissements.

C’est alors que GT a entrepris de porter plainte à la BCLCC contre son partenaire d’affaire pour abus de confiance. Les investigations menées par la division des enquêtes de la BCLCC, ont permis d’interpeler K C W.

Au cours de l’audition, il a reconnu avoir encaissé les quarante millions six cent mille (40 600 000) francs afin de trader.

Il déclare toutefois avoir subi d’énormes pertes toutes choses qui l’ont contraint à quitter le pays pour se rendre en Europe sans en informer son associé KCW. Il est revenu au pays financièrement plus épuisé.

KWC annonce alors ne pas pouvoir rembourser les fonds qui lui ont été remis.

En définitive, K C W a fait subir aux investisseurs un préjudice de 40 600 000 F CFA.

Il a été conduit devant le parquet où il pourrait être poursuivi pour abus de confiance via les #TIC.

La BCLCC invite les populations à plus de prudence dans le choix de leurs partenaires d’affaires.

Trading

Cybercriminalité

Cybercriminalité : depuis Abidjan il pousse sa victime au suicide

La menace de publication d’images à caractère sexuel fait partie des pratiques les plus répandues dans le monde cybercriminel. La cybercriminalité évolue à un rythme effréné car de nouveaux outils de communication apparaissent chaque jour et les délinquants adaptent en permanence leurs méthodes de tromperie.

La Cybercriminalité est bien réelle, et les victimes peuvent venir de toutes les contrées. Le chantage sur Internet exerce une telle pression que certaines victimes, dans leur solitude face à leurs écrans, peuvent opter pour le suicide. Nous vous donnons plus de détails dans notre texte.

En effet dame VM, vivant en Europe, fait la rencontre du nommé David Lefebvre sur le réseau social TikTok et après plusieurs jours de conversation, les deux finissent par se rapprocher et entament une relation amoureuse virtuelle.

Une histoire dans laquelle s’épanouissaient les deux tourtereaux. Enfin, c’est ce qu’il semblait à VM. Cette idylle était parfaite jusqu’au jour où l’amoureux transfère à VM des images reçues d’elles dans le cadre de leurs échanges érotiques privés.

Il menace de publier ces images s’il ne reçoit pas d’argent de sa victime. Celle-ci découvre ainsi que son amoureux n’est en réalité qu’un usurpateur d’identité et un maître chanteur.

Acculée par les menaces de divulgation de ses photos intimes à son entourage, et par les demandes de montants de plus en plus importants, dame VM vide son compte bancaire.

Pire, elle s’endette en contractant plusieurs prêts auprès de certains proches. Ne pouvant plus faire face à ces pressions psychologiques et financières, c’est en désespoir qu’elle met fin à ses jours.

La découverte d’une lettre expliquant les raisons de son suicide a permis à la police de son pays de diligenter une enquête qui les a menés vers la Côte d’Ivoire.

Une demande de coopération policière est alors transmise à la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT).

Les investigations menées par la PLCC avec l’appui du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) ont permis de découvrir qu’il s’agit du sieur DM, vivant dans la commune de Yopougon.

Il est recherché, interpellé et est soumis à un interrogatoire. DM affirme que son activité consiste à créer des comptes qui permettent des appels avec des numéros virtuels européens.

DM nie tout, mais les faits et les traces sont « têtus » et conduisent sans équivoque, directement à lui.

Pour conclure, DM a été conduit devant le parquet où il pourrait être poursuivi pour usurpation frauduleuse d’éléments d’identification de personne physique, menaces de publication d’images à caractère sexuel, escroquerie par le biais d’un système d’information et homicide involontaire.

Cybercriminalité

Panne Facebook

Panne de Facebook: voici ce qui s’est passé ?

C’est sans doute la pire panne de son histoire que Facebook vient de vivre. Hier, de 17h environ jusqu’à presque minuit, le réseau social, et l’ensemble des services qui lui appartiennent, à savoir Messenger, Instagram et WhatsApp, avaient tout simplement disparu de la Toile.

Aucune de ces plates-formes n’était accessible à l’échelle mondiale, obligeant ainsi des miliards d’internautes à se rabattre sur les réseaux sociaux restant, notamment sur Twitter.

L’afflux des naufragés de Facebook a été tel que la plate-forme a connu quelques ralentissements.

Finalement, en fin de soirée, après un peu plus de sept heures d’absence, les différents services de Facebook sont revenus en ligne petit à petit, avec toutefois quelques lenteurs.

Mark Zuckerberg en a profité pour publier sur son compte un message d’excuse à l’adresse des utilisateurs de la plate-forme.

Panne de Facebook Mais que s’est-il vraiment passé ?

D’après l’explication officielle fournie par les équipes techniques de Facebook, des changements de configuration ont été opérés sur certains serveurs coordonnant le trafic réseau entre les différents data centers de Facebook, entraînant une réaction en cascade à l’origine de l’interruption de la communication entre ces différents serveurs.

Et le souci n’a pas touché uniquement les plates-formes accessibles au public.

En interne, les équipes de Facebook étaient également bloquées, n’ayant accès à aucun de leurs outils. D’après une journaliste du New York Times, la panne était telle que les employés du réseau social ne pouvaient même pas accéder à leur bureau, leurs badges d’accès ne fonctionnant plus.

Des employés dans l’incapacité d’accéder à leurs bureaux

Des employés racontent avoir eu des difficultés à passer des appels depuis leurs portables professionnels et à recevoir des mails de personnes extérieures à l’enteprise. Le service de communication interne de Facebook, baptisé Workplace, s’est également retrouvé indisponible, ce qui a empêché bon nombre de salariés de travailler. Certains ont dû se tourner vers d’autres plateformes telles que LinkedIn, Zoom ou encore Discord pour discuter avec les collègues.

En outre, certains salariés se rendant au travail ont été dans l’incapacité d’accéder à leurs bureaux ou aux salles de réunion, leur badge digital ne fonctionnant tout simplement plus. Conséquence: les ingénieurs en sécurité de l’entreprise ont expliqué qu’ils n’avaient pas pu évaluer la panne car ils ne peuvent pas accéder aux zones des serveurs.

Facebook a assuré qu’aucune donnée des utilisateurs n’avait été compromise durant la panne. Une chose est en tout cas certaine, face à l’ampleur exceptionnelle de cette interruption, les ingénieurs de Facebook vont devoir plancher ardemment pour comprendre avec exactitude ce qui s’est passé, afin d’agir en conséquence pour qu’une telle panne de ne reproduise plus à l’avenir.

Des experts en cybersécurité ont relevé des signes montrant que les chemins informatiques d’accès aux plateformes de Facebook ont été perturbés. Quelques heures avant le rétablissement des services, le directeur technologique de Facebook avait adressé sur Twitter ses « sincères excuses à toutes celles et ceux touchés par les pannes des services Facebook ».

réseaux sociaux

Panne Facebook : les services reviennent peu à peu après une panne inédite

Tous les services de la maison mère Facebook, après une panne, sont accessibles depuis plusieurs heures à l’échelle mondiale. La panne pourrait être causée par un problème de DNS. 

Vers 0 h 30, heure de Paris, l’entreprise a prévenu, sur son compte Twitter, de la remise en ligne de ses applications et services, alors que l’incident avait commencé peu avant 18 heures, lundi.

Puis un communiqué de la société de Mark Zuckerberg a attribué ce blocage majeur de ses réseaux et messageries à un « changement de configuration défectueux » de ses serveurs.

« Les personnes et les entreprises dans le monde dépendent de nous pour rester connectés », a noté le groupe. « Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été affectés », a-t-il ajouté, soit potentiellement plusieurs milliards de personnes selon divers experts en cybersécurité.

Dans la nuit, Facebook a déclaré qu’un « changement dans la configuration » des routeurs du coeur de son réseau (backbone) « qui coordonnent le trafic entre nos data centers a provoqué un problème qui a interrompu les communications. Cela a perturbé le trafic et a eu un effet boule de neige sur la façon dont nos data centers communiquent, mettant tous nos services à l’arrêt« .

Lire aussi:

Facebook, Messenger, Instagram et WhatsApp victimes d’une panne mondiale

Le directeur technique du géant de la distribution de contenu CloudFlare explique que des changements au niveau du protocole BGP (Border Gateway Protocol) ont été détectés juste avant l’apocalypse, vers 17h45 (heure de Paris). C’est donc, il semblerait, le chemin d’accès permettant d’aiguiller le trafic Internet qui a rendu inaccessible Facebook. Selon, Matthew Prince,  patron de Cloudflare,  il s’agirait à priori d’une erreur de maintenance et non pas d’une cyberattaque géante.

Ce n’est pas la première fois que les applications de la galaxie Facebook subissent une panne à l’échelle mondiale. En juillet 2019, et plus récemment en mars de cette années, les différents services liés à Facebook étaient restés inaccessibles durant plusieurs heures.

En rappel les services de Facebook Messenger ont connu de grandes défaillances le 25 Février 2021. Plusieurs milliers d’utilisateurs ont ainsi pu constater que leur application ne marchait pas vraiment.