Cybercriminalité: un usurpateur d’identité aux arrêt

Créer un faux profil à fins d’escroquerie est puni par la loi. C’est ce dont est suspecté, KOUASSI qui a été interpellé par la PLCC. Il serait le bourreau de M.Z, victime d’usurpation d’identité sur le réseau social Facebook.

L’usurpateur avait crée un faux profil avec les informations personnelles de M,Z (photos, noms) et envoyait des demandes d’amitié à tous ses correspondants. Une fois les demandes acceptées, il leur envoyait des messages dans lesquels il sollicitait leur aide financière. Pretextant être en mission, en déplacement hors du pays ou à l’interieur et dans l’incapacité de venir en aide à un parent ou un proche malade, il sollicite donc un prêt de ses amis qu’il rembourserait une fois rentré sur abidjan, tout ceci à l’insu de M. Z. Informé par ses proches la victime décide de déposer une plainte auprès des services de la DITT. Les investigations menées ont permi de remonter au propriètaire, du numéro sur lequel les amis devaient faire les transferts d’argent, qui n’est autre que le suspect.

Lors de son audition, le suspect avoue avoir usurpé l’identité de M. Z. Il ajoute l’avoir fait pour se faire de l’argent mais n’a pas mésuré l’ampleur de son acte.

KOUASSI LYAH NELSON ELYSÉE peut être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’élements d’identification de personne physique et escroquerie sur internet. Il a été conduit devant les autorités compétentes our répondre des faits qui lui sont réprochés.

Facebook: espace Public ou privé?




Le réseau FACEBOOK est un réseau social dont l’objectif est de créer entre ses différents membres inscrits sur son site un maillage relationnel destiné à s’accroître en fonction du degré de confidentialité choisi par ses adhérents.

En effet, l’utilisateur d’un compte FACEBOOK peut choisir de faire application de principe selon lequel il donne accès à ses propres informations, notamment celles contenues sur son ‘mur’, à des ‘amis ‘ sélectionnés, ou bien que les amis de ses amis deviennent ses amis, voire de laisser le libre accès à l’ensemble des adhérents FACEBOOK sans restriction, ce dernier paramétrage faisant perdre aux écrits leur caractère de correspondance privée.

La jurisprudence actuelle ne nie pas de manière absolue à Facebook le caractère d’espace privé dès lors que ce réseau peut constituer soit un espace privé, soit un espace public, en fonction des paramétrages effectués par son utilisateur.

Le réseau Facebook a pour objectif affiché de créer entre ses différents membres un maillage relationnel destiné à s’accroître de façon exponentielle et ce, afin de leur permettre de partager toutes sortes d’informations.

Ces échanges s’effectuent librement via « le mur » de chacun des membres auquel tout un chacun peut accéder si son titulaire n’a pas apporté de restrictions.

Il s’en suit que ce réseau doit être nécessairement considéré, au regard de sa finalité et de son organisation, comme un espace public.

Le caractère totalement privé d’une conversation engagée sur un compte Facebook peut être discuté dès lors qu’elle peut être partagée.

Rendre son profil facebook privé est possible à condition de choisir le bon paramétrage. De plus en plus au Burkina Faso le nombre de procès pour diffamation ou injures sur les réseaux sociaux explosent. Il convient de prendre ses précautions . S’il est vrai que la justice Burkinabé ne dispose de texte clair sur la diffamation sur les réseaux sociaux , la jurisprudence tente d’aller dans le sens de ce qui a été dit un peu plus haut.

Cybercriminalité: il exige des rapports sexuels à sa victime




L’interpellation de BAMBA KASSIM est un soulagement pour Dame X. Il a été arrêté par les agents de la PLCC et mis à la disposition des autorités compétentes pour répondre des faits qui lui sont reprochés. Cet individu serait à la base du chantage et l’harcèlement que subissait Dame X, selon les enquêtes menées par la DITT.

Dans les faits, Dame X a rencontré un individu de type européen vivant en France sur les réseaux sociaux, avec lequel elle entretenait une idylle virtuelle. Par amour, elle lui a envoyé des photos de sa nudité et des vidéos à caractère sexuel. Son amoureux par la suite, lui a fait la proposition d’avoir des rapports sexuels avec une personne vivant en Côte d’Ivoire qui serait son ami. Chose qu’elle a refusé. Ayant des photos et des vidéos de celle-ci, il la faisait chanter en lui exigeant d’avoir des rapports sexuels avec son ami. Désesperée Dame X saisit la DITT. Ainsi donc, les enquêtes ont permis de réveler que le suspect et son soi-disant ami sont en fait la même personne. Aussi, le numéro utilisé pour le chantage est celui du suspect.

Pour se défendre, le suspect déclare avoir des sentiments pour la jeune fille et ne sachant pas comment l’aborder, il a donc élaboré ce plan pour avoir des rapports sexuels avec celle-ci.

Il pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’éléments d’identification de personne physique, menaces et chantage à la vidéo sur internet.

PLCC

Sextorsions: 3 maitres chanteurs à la vidéo arrêtés




Ils ne pourront plus sévir. Le 14 février 2017, IRIE TRA JUNIOR, OUATTARA ALASANE et SENIN ASSAMOI WILFRIED  ont été déférés devant le Parquet d’Abidjan . En effet, ils seraient à la base d’environ 57 plaintes pour sextorsion (chantage à la vidéo) dont 50 des victimes sont ivoiriennes et 7 étrangères. Ils ont été interpellés par les agents de la PLCC.

Le scénario reste le même. Ces individus travaillant en bande, se faisaient passer pour des jeunes filles de type européen. Ils tissaient ensuite des relations intimesavec leurs « proies » avant de leur demander de se dénuder face à la webcam. S’en suit des menaces et des demandes d’argent, pour ne pas que ces images de nu, capturées à leur insu, se retrouvent sur internet. Un plan d’action bien conçu et finalement corroboré par les investigations menées par le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) de la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT) sur les éléments saisis, qui étaient en leur possession lors de leur interpellation.

De belles jeunes dames comme appât…

Manon Fournier, Oriane Groud, Murielle Dechou, Ingrind Gauthier, Oriane Bouletin, Christine Olsen, Nathalie Foulman, toutes de fausses identités sous lesquelles les 3 individus opéraient, faisant des victimes essentiellement des jeunes filles dont l’âge varie entre 17 et 50 ans.

Et de plus en plus de victimes ivoiriennes

Sur plus les 57 plaintes enregistrées impliquant les fausses identités et les numéros de téléphones utilisés par IRIE TRA JUNIOR, OUATTARA ALASANE et SENINASSAMOI Wilfried, 50 sont d’origine ivoirienne. Cela confirme un constat fait depuis 2015, où la PLCC enregistre globalement plus de 95% de victime vivant en Côte d’Ivoire sur l’ensemble des plaintes enregistrées. Interrogés sur leur pratique, les suspects interpellés ont reconnu avoir créé ces différents profils sur les réseaux sociaux. Ils ont confié qu’il était plus facile de faire des victimes ici en Afrique (Côte d’Ivoire), surtout chez les jeunes filles.

Réseaux sociaux: voici comment vos stars ont célébrés la fête des amoureux




Nombreux sont ceux à penser que le 14 février est le jour le plus romantique de l’année. C’est le moment opportun pour creuser sa bourse et prouver son amour à l’être-aimé(e). c’est aussi le jour ou les célébrités célèbrent aussi l’amour. Voici en revue quelques messages des stars.

 

 

Réseau sociaux: l’activiste Naim Touré à la barre

Poursuivi pour diffamation sur la personne d’Elisée Zongnaaba conseiller spécial du président de l’Assemblée nationale burkinabè, Naim Touré a comparu à la barre lundi 13 février.

Il reconnait avoir injurié le conseiller, mais pour lui, il s’agissait de rétablir la vérité sur le don de matériels offert à hospitalité Souro Sanon de Bobo par une association suisse et non par le président de l’Assemblée nationale Salif Diallo, comme l’avait indiqué son conseiller dans une publication sur Facebook.

 

‘M. Elisée a fait une fausse publication sur le don de matériels au CHUSS de Bobo-Dioulasso. Il voulait faire croire que l’œuvre est de Salif Diallo alors qu’il n’en est rien’ explique-t’il au tribunal.

Me Farama (Avocat de Naim Touré ) : « La liberté d’expression est comme une pute. La nuit tout le monde part la voir, le jour tout le monde l’insulte.
Il y a une hypocrisie dans cette affaire.
Pourquoi les gens veulent insulter les autres, et se montrent indignés quand ça les concerne? »
Pour l’avocat, le requérant qui a lui même proféré des insultes à l’endroit d’autres facebookeurs, n’est pas un exemple.
Pour ce qui est des injures de son client : « je ne suis pas d’accord avec lui et je le lui ai dit. »
Et d’ajouter : « Y’a-t-il eu injure? Oui ; Y’a-t-il eu diffamation? Non!»
« Je souhaite que rien que rien que le droit soit dit.Si c’est pour moraliser la société, je vous en prie, laissez cela à ceux qui sont chargés de moraliser la société. Nous nous sommes chargés de dire le droit« 

Le requérant Elisée Antoine Zong-naba qui demandait entre autres la condamnation de l’activiste à payer la somme de 15 000 000 de francs CFA comme réparation du préjudice subi demande désormais un franc symbolique. « Je ne suis pas venu pour m’enrichir. »

« Pour l’amener à changer », le procureur demande une peine de « 3 millions à verser au Trésor.

Les débats auront duré près de trois heures au Tribunal de Grande instance de Ouagadougou.

Le délibéré est prévu pour le 27 février

Cybercriminalité: un réseau démantelé au Burkina

Un groupe de cybercriminels composé de quatre personnes dont deux étrangers, qui opérait à partir d’une villa de Ouaga 2000 a été arrêté, a annoncé, lundi 13 février, la gendarmerie à Ouagadougou.

Le gang est composé de quatre individus, deux burkinabè, des étudiants, (3e année de droit et 1ère année de philosophie) et deux autres personnes de nationalité étrangère, (la gendarmerie n’a pas voulu dévoiler leurs pays d’origine)

Le cerveau de ce groupe BOKO Germano de Francisco est de nationalité étrangère.

Le mode operatoire

Les arnaqueurs envoient « une lettre d’appât censée mettre en confiance et convaincre la victime qu’il y a un projet où il peut gagner gros et que les personnes en cause sont des gens d’une certaine importance ». Une fois la confiance installée, les cybercriminels réclament des sommes aux victimes. Ces dernières donnent l’argent sans se méfier et le jour où elles commencent à s’inquiéter, les cybercriminels coupent tout contact : « C’est la méthode du triangle ».

Le major a souligné que les cybercriminels « ont des logiciels capables de faire apparaître sur votre téléphone l’indicatif d’un autre pays faisant croire que l’appel vient d’un pays extérieur alors que le criminel est assis peut-être à 200 mètres de sa victime ».

La deuxième méthode consiste à faire croire à la victime que l’arnaqueur est détenteur d’une fortune sous forme de billets de banque et que ces billets ont des marques et ont besoin d’être lavés pour « passer facilement dans le circuit ». Il utilise une encre pour laver les billets devant la victime, puis lui remet cette somme qu’il dépense. Lorsque la victime se sent en confiance, l’arnaqueur lui propose d’acheter l’encre qui sert à laver les billets qui coûte très cher. Une fois l’argent viré, l’arnaqueur ne donne plus signe de vie. C’est la méthode du Wash.

Selon la gendarmerie nationale, le groupe a été localisé dans une villa sise dans la cité Azimmo du quartier Ouaga 2000, une villa que les présumé « escrocs » payaient à 300 mille FCFA le mois.

La perquisition a permis à la gendarmerie de mettre la main sur 26 téléphones portables et ordinateurs, 43puces de cinq pays de la sous-région et un pays européen, une clé USB, des documents de transfert, des lettres d’appât et d’adresse des victimes enfouis dans un WC.

Les cybercriminels ont pu « escroquer » au moins 25 millions FCFA de leurs victimes.

Étude : les 35-49 ans passent plus de temps que les 18-34 ans sur les réseaux sociaux

Nielsen publie les résultats de son étude annuelle sur l’usage des réseaux sociaux. Surprise : la génération X  utilise davantage les réseaux sociaux que la génération Y.

Le temps passé sur les réseaux sociaux

L’étude menée par Nielsen ne concerne que les États-Unis. Chaque semaine, les jeunes adultes passent 6h19 sur les réseaux sociaux, contre près de 7h pour les 35-49 ans. Les seniors sont des utilisateurs moindres (4h09) mais le temps qu’ils passent sur les réseaux sociaux a augmenté de 64% depuis l’an dernier. On remarque également que les femmes utilisent davantage les réseaux sociaux que les hommes.

Les réseaux sociaux les plus utilisés

Sur mobile, les Américains utilisent principalement Facebook, Instagram, Twitter, Pinterest et LinkedIn. Snapchat prend la sixième place du classement.

Sur ordinateur, Facebook est également le réseau social le plus utilisé. Mais la suite du top est différente : Twitter, Pinterest, Blogger, Instagram et LinkedIn.

 

Que font les internautes sur les réseaux sociaux ?

Durant les 30 derniers jours, les utilisateurs les plus intensifs (plus de 3h par jour) ont effectué les actions suivantes sur les réseaux sociaux :

  • 57% – Consulter le profil d’un ami
  • 55% – Commenter la publication d’un ami
  • 50% – Envoyer un message privé
  • 50% – Regarder une vidéo
  • 50% – Regarder des photos
  • 47% – Ajouter un Like
  • 42% – Mettre à jour son statut
  • 30% – Mettre à jour son profil
  • 25% – Devenir fan de quelque chose ou de quelqu’un
  • 23% – Jouer à un jeu

Lors des 30 derniers jours, 13% d’entre eux ont cliqué sur une publicité.

Facebook : 1,86 milliard d’utilisateurs et plus d’un milliard de dollars de bénéfices par mois

Tous les quatre mois, Facebook publie ses résultats trimestriels. Les chiffres qui viennent d’être dévoilés permettent de dresser le bilan de Facebook sur l’année.

L’usage de Facebook en 2016

Les principaux chiffres d’usage sont les suivants (4e trimestre 2016) :

  • 1,86 milliard d’utilisateurs actifs par mois
  • 1,23 milliard d’utilisateurs actifs par jour
  • 1,74 milliard d’utilisateurs actifs par mois sur mobile
  • 1,15 milliard d’utilisateurs actifs par jour sur mobile
  • 1,15 milliard d’utilisateurs actifs par mois uniquement sur mobile

Le cap des 2 milliards d’utilisateurs actifs par mois pourrait être franchi en 2017.

Twitter: des pertes abyssales et une croissance insignifiante de l’usage

Twitter publie ses résultats annuels. Une année 2016 marquée, une fois de plus, par des pertes financières abyssales et une croissance insignifiante de l’usage.

Twitter n’arrive plus à recruter de nouveaux membres

Premier constat : l’usage stagne. Fin 2015, 305 millions de personnes consultaient Twitter chaque mois. Ils ne sont que 14 millions de plus un an plus tard. La croissance du nombre d’utilisateurs est en berne : +4% seulement en 2016.

Twitter se vante d’obtenir de bons résultats concernant l’usage quotidien : respectivement +3%, +5%, +7% et +11% de croissance trimestriel du nombre d’utilisateurs actifs par jour. Le réseau social omet simplement une donnée essentielle, puisque Twitter n’indique pas le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens. Facebook publie cette donnée. Snapchat aussi. Visiblement, cette donnée est trop faible pour que Twitter se permette de la rendre publique.

457 millions de dollars de pertes en 2016

Entre 2014 et 2015, le chiffre d’affaires de Twittter avait bondit, passant de 1,40 milliard de dollars à 2,22 milliards de dollars. Le réseau social a connu une croissance plus modérée en 2016 pour atteindre 2,53 milliards de dollars. Du côté des pertes, la situation s’améliore d’année en année mais reste très inquiétante : 577 millions en 2014, 521 millions en 2015 et (seulement) 457 millions en 2016.