Les célébrités les plus dangereuses à rechercher en ligne

Chaque année, McAfee publie un classement des célébrités présentées comme les plus dangereuses à rechercher en ligne.

Cette dangerosité est en rapport avec des cybercriminels qui exploitent la notoriété d’une personnalité et son actualité pour exposer par exemple les internautes à des sites piégés et malwares. La propension à rechercher des contenus piratés est largement prise en compte.

Pour établir son classement, McAfee utilise la console Google API afin de rechercher des combinaisons populaires associant le nom d’une célébrité à torrent, free torrent, fix gamble, free mp3, nus, téléchargement piraté, sledging et streaming. Ce sont en tout cas les termes qui ont été retenus pour cette année.

Un degré de dangerosité pour les noms de domaine et URL est attribué par la technologie McAfee WebAdvisor. La célébrité française considérée comme la plus dangereuse à rechercher en ligne est Jamel Debbouze. Le podium est complété par la chanteuse Angèle (qui est en fait de nationalité belge) et l’humoriste Rémi Gaillard.

À titre indicatif, le podium de l’année dernière était constitué de Shy’m, Vanessa Paradis et Adèle Exarchopoulous.

GNT

Suspectée de vente de pagnes contrefaits en ligne : elle est arrêtée

Conduite devant le parquet d’Abidjan Plateau par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité, la nommée BOGNAHO MIDJOHODO HILAIRMINE CLAIRE serait une vendeuse de produits contrefaits sur internet.

Dans le mois de Mars 2017, une société de la place fabriquant de pagne a saisi d’une plainte la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC), car des produits contrefaits avec leur marque et leur logo sont vendus par des individus sur les réseaux sociaux. Les investigations menées par le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), de la DITT ont permis de découvrir l’identité des personnes qui seraient derrière cette fraude. Les différentes investigations ont révélé que, le suspect n’est autre que BOGNAHO MIDJOHODO HILAIRMINE CLAIRE.

Lors de son audition, elle a reconnu sans difficulté les faits qui lui sont reprochés. Elle a indiqué qu’elle s’adonne à cette activité depuis le mois de Mars 2017. A la question de savoir comment elle s’approvisionnait, elle a répondu que c’est sa cousine qui les lui envoyait depuis Le Bénin. Aussi, a-t-elle ajouté qu’elle ignorait l’interdiction de vendre physiquement ou en ligne les pagnes comportant la marque et le logo d’une société sans l’autorisation de celle-ci.

En somme, BOGNAHO MIDJOHODO HILAIRMINE CLAIRE pourrait être poursuivie pour atteinte à la propriété intellectuelle, utilisation frauduleuse d’éléments d’identification de personne morale et fausse vente sur internet.

PLCC




Nigeria: Cybercriminalités, vol de plus de 3 milliards de dollars dans le monde

Kaspersky Labs, a accusé des pirates nigérians et des cybercriminels d’avoir mis sur pied un réseau d’information dans le but de soutirer frauduleusement de l’argent aux gens.

Pour réussir leurs arnaques, les pirates et les cybercriminels envoient des courriels par phishing (une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité) aux organisations commerciales et aux entreprises industrielles dans le but de les escroquer plus tard.

Par rapport à cette révélation, le FBI a estimé que les attaques de phishing ont coûté aux entreprises dans le monde plus de 3 milliards de dollars. Le nombre de sociétés victime de ces arnaques est au-delà de 22.143.

Les cibles des pirates et arnaqueurs sont principalement des entreprises industrielles et des firmes de transport et de logistique basées en Allemagne, aux EAU, en Russie et en Inde.

Les faux mails reçus par les victimes comportent des pièces jointes PDF avec des noms tels que « Energy & Industrial Solutions W.L.L_pdf », « Woodeck Specifications best Prices Quote.uue » et « Saudi Aramco Quotation Request for October 2016 ».

Kaspersky a découvert que les dossiers envoyés sont des fichiers malveillants destinés à voler des données confidentielles et à installer des outils d’administration à distance sur les systèmes infectés.

Si pour l’heure aucune solution durable n’est proposée pour contrer ces arnaqueurs qui passent souvent la majeur partie de leur temps devant des ordinateurs ou smartphone en mains, il est seulement fait état de ce que c’est des professionnels qui s’adaptent aux systèmes de sécurité mis en place en ligne.