Recherche pour :

Google va afficher une alerte lorsque ses résultats manquent de fiabilité

Google veut vous aider à vérifier les informations que vous voyez circuler sur les réseaux sociaux, ou que vous pouvez entendre au détour d’une conversation.

Le moteur de recherche vient d’annoncer qu’il affichera désormais un message d’alerte dès lors que ses résultats de recherche manquent de fiabilité et évoluent rapidement, en particulier lorsque vous recherchez des informations sur un sujet récent.

Pour cela, Google a entraîné ses algorithmes afin de détecter les sujets dont les résultats changent rapidement et dont le nombre de sources est restreint. Lorsque l’une de vos requêtes ne trouvera pas de réponse convenable aux yeux de Google, le moteur de recherche affichera un message vous invitant à réitérer votre recherche un peu plus tard afin que d’autres informations provenant d’autres sources puissent être proposées.

Ce n’est pas la première fois que Google met en place un système pour alerter les utilisateurs lorsque les résultats de recherche ne sont pas fiables. L’an passé, le géant de Mountain View avait déjà inauguré une fonction pour alerter les utilisateurs lorsque Google n’était pas en mesure de répondre précisément à leur requête.

Par ailleurs, le moteur de recherche a récemment inauguré un menu À propos de ce résultat grâce auquel il est possible de trouver rapidement des informations concernant les sources remontées dans la recherche Google, pour déterminer de leur fiabilité.

Pour l’heure, ces messages d’alerte seront déployés aux États-Unis et au Royaume-Uni avant d’être étendus à d’autres pays dans les prochains mois.

Source : Google

Afrique du Sud: Énorme escroquerie aux bitcoins , près de 4 milliards de dollars évaporés !

Les frères Ameer et Raees Cajee, respectivement 17 et 20 ans, ont créé une plateforme de cryptomonnaies Africrypt au Cap, en Afrique du Sud. Une bourse d’échange qui a séduit bon nombre d’investisseurs… qui ont peut-être tout perdu.

Il y a deux mois, les deux créateurs préviennent en effet leurs clients qu’Africrypt a été victime d’une attaque informatique, ce qui a eu pour conséquence de faire disparaitre purement et simplement la plateforme.

Le plus étonnant dans ce message, qui est aussi le dernier signe de vie d’Ameer et de Raees Cajee, c’est qu’ils demandent expressément aux utilisateurs de ne pas prévenir les forces de l’ordre, ce qui ne ferait que « retarder le processus de récupération ». Mais dans les faits, ce temps aurait été mis à profit par les deux frères pour organiser leur fuite, avec sous le bras la caisse d’Africrypt.

Ce sont en tout environ 69.000 bitcoins qui sont partis en fumée. À l’époque de la disparition d’Africrypt, la crypto était au plus haut : résultat, ce sont 4 milliards de dollars qui se sont envolés sans que personne puisse les retracer. Plusieurs clients ont fait appel à un cabinet d’avocats pour les aider dans leur démarche, et ces derniers ont pu trouver des traces de manipulation des bitcoins sur le dark web afin d’en effacer les traces.

Mais le trésor n’a pu être localisé, tout comme les frères Cajee qui grâce à leur message ont pu organiser leur escapade en toute tranquillité, avec ces milliards en poche. À l’heure actuelle, ils sont toujours introuvables, et l’argent accumulé va leur offrir largement de quoi le rester pendant toute leur vie…

Android: 8 apps infectées par un virus qui vide les comptes

Les utilisateurs Android sont à nouveau la cible d’un dangereux virus, baptisé Joker. Ce dernier est loin d’être nouveau, il a déjà fait un nombre important de victimes. Malheureusement, ce nombre pourrait augmenter puisque ses auteurs sont parvenus à le cacher dans un 8 applications disponibles sur le Play Store.

Ce sont les chercheurs en cybersécurité de chez Quick Heal Security Labs qui ont découvert les traces du malware Joker au sein de ces applications. « Il s’agit d’un Trojan espion qui vole les SMS des smartphones, la liste des contacts et des informations diverses », détaille l’équipe de chercheurs sur son blog.

Une fois l’application vérolée installée sur un appareil, le virus se répand dans son système pour en prendre le contrôle. Il va ainsi visiter des sites Internet proposant des services payants et abonner sa victime en récupérant le SMS de confirmation du service. Les abonnements auxquels le Joker abonne ses victimes à leur insu sont souvent malheureusement très onéreux. En plus d’avoir accès aux SMS, il peut également accéder aux mails de ses victimes ce qui lui permet d’intercepter davantage de codes d’authentification. Il peut également tenter d’accéder aux comptes bancaires de ses victimes.

L’équipe de chercheurs a bien entendu prévenu Google de sa découverte. Le géant américain s’est empressé de supprimer les applications vérolées, mais il se peut qu’elles soient toujours sur votre smartphone. C’est pourquoi vous devrez les supprimer manuellement et pas seulement en effaçant leur icône. Voici la liste des 8 applications problématiques :

  • Auxiliary Message
  • Fast Magic SMS
  • Free CamScanner
  • Super Message
  • Element Scanner
  • Go Messages
  • Travel Wallpapers
  • Super SMS

Actif depuis 2017, le malware Joker fait régulièrement parler de lui, malgré les mesures de protection mises en place par Google au sein du Play Store. Son mode opératoire est toujours le même ; une fois déployé sur un smartphone, il va tout faire pour récupérer les données bancaires de ses victimes, mais aussi les abonnés à divers services en récupérant les SMS, mails et autres notifications lui permettant d’intercepter les codes d’authentification.

Pour éviter de vous avoir, télécharger des applications dont vous êtes sûr que les développeurs et éditeurs sont fiables.

John McAfee, pionnier des logiciels antivirus, est décédé

Le créateur américain du célèbre logiciel antivirus s’est suicidé mercredi dans une prison en Espagne, où un tribunal venait d’ordonner son extradition aux États-Unis qui l’accusent de fraude fiscale.

Cet homme d’affaires de 75 ans a été retrouvé mort dans sa cellule de la prison Brians 2 située près de Barcelone. « Apparemment il s’est suicidé », a expliqué une porte-parole des autorités pénitentiaires de Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne, sans fournir de détails.

Une porte-parole de la section catalane du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) — un organe indépendant notamment chargé de nommer les juges — a confirmé de son côté que John McAfee avait été retrouvé mort dans sa cellule autour de 19 h locales.

Dans un communiqué, le ministère de la Justice de Catalogne a simplement déclaré qu’une enquête avait été ouverte après qu’un prisonnier âgé de 75 ans encourant une mesure d’extradition aux États-Unis, dont il n’a pas fourni l’identité, avait été retrouvé mort dans sa cellule. 

« Les gardiens et le personnel médical sont immédiatement intervenus pour tenter de le ramener à la vie, mais les médecins ont finalement certifié qu’il était mort », a-t-il ajouté. Selon Reuters, qui a interrogé son avocat, le millionnaire s’est pendu.

YouTube n’est pas responsable des violations de droits d’auteur de ses utilisateurs

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rendu son jugement concernant la responsabilité des plateformes en ligne telles que YouTube vis-à-vis des contenus illégaux postés par leurs utilisateurs. Un jugement rendu en faveur des plateformes en ligne, à partir du moment où ces dernières mettent en place des moyens rapides pour supprimer ou bloquer l’accès aux contenus problématiques. YouTube gagne ainsi son procès contre la justice européenne.

La plateforme de vidéos de Google faisait en effet l’objet d’une plainte déposée par un producteur de musique, après la diffusion en 2008 de plusieurs de ses œuvres protégées sur YouTube.

Si YouTube n’est pas tenu responsable de cela par la CJUE, c’est avant tout parce que la plateforme dispose d’un bouton de signalement des contenus illicites. Elle a également recours à des logiciels de reconnaissance de contenus protégés. La CJUE a en effet considéré que la plateforme avait mis en place les moyens nécessaires pour lutter contre la publication illégale de contenu protégé par le droit d’auteur. « Il apparaît ainsi que cet exploitant a déployé des mesures techniques visant à contrer de manière crédible et efficace les violations du droit d’auteur sur sa plateforme », en a conclu la Cour.

En effet, selon la CJUE, les plateformes en ligne ne sont pas tenues responsables des contenus contraires aux droits d’auteur publiés par leurs utilisateurs du moment où elles proposent des outils pour lutter contre cette pratique. « À moins qu’il ne contribue, au-delà de la simple mise à disposition de la plateforme, à donner au public accès à de tels contenus en violation du droit d’auteur », l’exploitant de la plateforme n’est pas tenu responsable. En revanche, si ce dernier a « concrètement connaissance de la mise à disposition illicite d’un contenu protégé » et qu’il « s’abstient de l’effacer ou d’en bloquer l’accès promptement », ou ne met pas en place des « mesures techniques appropriées », alors il se rend coupable d’atteinte aux droits d’auteur.

En réaction à la décision de la Cour de justice européenne, un porte-parole de Google a indiqué que « rien qu’au cours des 12 derniers mois, nous avons versé quatre milliards de dollars à l’industrie de la musique, dont plus de 30 % proviennent de revenus liés aux contenus générés par les utilisateurs ».

Geeko

Retrait de la vidéo de Kayawoto sur YouTube: “Il n’y a pas de quoi fouetter un chat!” Tahirou Bationo

Depuis quelques jours, la vidéo” vinoogo” de Kayawoto en featuring avec Ténor a été retiré de YouTube” en raison d’une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur envoyé par Roger Hodgson”. Dans un direct l’artiste n’as pas hésité à accuser ses détracteurs qui veulent nuire à sa carrière, parlant même ” d’un burkinabè qui serait derrière cette situation”. Nous avons rencontré le social Media Manager TAHIROU Bationo qui nous explique ce qui pourrait être la raison de ce retrait.

Rédaction Wakatt : Que pensez-vous du retrait de la vidéo de l’artiste Kayawoto de la plateforme YouTube ?

Tahirou Bationo ( TB) : il n’y a pas de quoi fouetter un chat , ce sont des choses qui arrivent sur la plateforme. C’est vrai que pour un producteur c’est un manque énorme à gagner. Malheureusement la plateforme est sous le feu de projecteur en Europe donc elle durcit ses règles.

R.W : l’artiste dans un direct sur Facebook fait savoir que ce sont des Burkinabés qui aurait payé des personnes pour retirer sa vidéo sur la plateforme. Qu’en pensez-vous ?

TB : En ce qui me concerne c’est invraisemblable. Pour ma petite expérience seul YouTube est habilité à retirer une vidéo de la plateforme. Des personnes peuvent signaler votre vidéo à la plateforme qui est habilité à le faire.

R.W : Dans quel cadre YouTube peut retirer votre vidéo ?

TB : Une vidéo peut être supprimé sur la plateforme dans les cas suivant: un contenu inapproprié, le non-respect des conditions d’utilisation, la présence de contenu protégé par des droits d’auteur, une vidéo retirée ou encore un problème lié à une marque. Dans le cas de Kayawoto il semble que le retrait de la vidéo soit lié un problème de droit d’auteurs sur l’un des titres de l’artiste Roger Hodgson.

R.W : Qu’est ce qu’il faut comprendre par « un problème de droit d’auteur » ?

TB : En terme claire si vous mettez en ligne une vidéo qui inclut du contenu protégé par des droits d’auteur, elle risque de faire l’objet d’une revendication Content ID. Ce type de revendication est généré automatiquement lorsqu’une correspondance est établie par le système de YouTube entre une vidéo mise en ligne et une autre vidéo (dans sa totalité ou de façon partielle).

Les titulaires de droits d’auteur peuvent configurer la plateforme pour bloquer les vidéos mises en ligne lorsqu’une correspondance est établie entre celles-ci et l’une de leurs œuvres protégées. Ils peuvent également accepter de laisser les contenus revendiqués en ligne sur YouTube, mais en activant la diffusion d’annonces. Dans ce cas, les revenus publicitaires sont reversés aux titulaires des droits d’auteur des contenus en question.

R.W : Que faire dans le cas de Kayawoto ?

TB : Si vous recevez une revendication pour l’une de vos vidéos et que vous pensez qu’il s’agit d’une erreur si j’en croit le producteur de Kayawoto, vous pouvez la contester. Par exemple, si vous pensez que votre vidéo à fait l’objet d’une identification erronée, vous pouvez envoyer une contestation. Lorsque vous contestez une revendication Content ID, le titulaire des droits d’auteur en est informé et dispose de 30 jours pour y répondre.

R.W : quel conseil vous donnez aux artistes ?

TB : Je dirais que ce genre de cas seront légions dans les jours à venir. Pour la seule raison que YouTube durcit de plus en plus ses règles. Je conseillerais surtout aux artistes comme les producteurs de contenu de suivre les cours de la Youtube Academy pour s’imprégner des règles. Maintenant lorsque des cas malencontreux arrive comme c’est le cas de Kayawoto il faut suivre la procédure pour rentrer en possessions de ses droits.

R.W : Merci

Instagram : Cristiano Ronaldo est la première personnalité mondiale à atteindre 300 millions de follower

Le capitaine de l’équipe nationale du Portugal, Cristiano Ronaldo, 36 ans, est incontestablement la personne la plus influente au monde.

Encore une fois, l’attaquant portugais et de la Juventus a battu un autre record mondial. Il a atteint 300 millions de followers sur Instagram. Il a par ailleurs été la première personne à franchir la barre des 200 millions sur Instagram.

Il est la première personnalité tout univers confondu à arriver à ce chiffre, loin devant Kim Kardashian (229m) ou encore Ariana Grande (244m).

Parmi les autres sportifs, Lionel Messi (219m) lorgne juste derrière en compagnie de Neymar (152m) et LeBron James (88,4m).

Seul Français présent dans le top 10 : Kylian Mbappé et ses 52 millions de followers.

Selon un rapport de l’année dernière, Cristiano Ronaldo est également la célébrité la mieux rémunérée d’Instagram. De mars 2019 à mars 2020, le compagnon de Georgina Rodriguez a gagné le plus d’argent sur Instagram grâce aux publications sponsorisées.

Il a empoché 50,3 millions de dollars, ce qui est bien plus que le salaire qu’il gagne (33 millions de dollars) dans son club de football de la Juventus. Ses revenus étaient bien supérieurs à ceux de la célébrité de téléréalité Kylie Jenner.

Cyberescroquerie: “𝐀𝐫𝐢𝐬𝐭𝐢𝐝𝐞 𝐁𝐚𝐧𝐜𝐞 ” et “𝗥𝗮𝗺𝗮 𝗹𝗮 𝘀𝗹𝗮𝗺𝗲𝘂𝘀𝗲” aux arrêts

Un groupe de 04 personnes toutes de nationalité étrangère qui excellait dans l’escroquerie, l’usurpation d’identité, le faux et l’usage de faux, et le blanchiment d’argent par utilisation de moyens de communication électronique vient d’être interpellé par la BCLCC à travers sa Division des Enquêtes.

Leurs modes opératoires sont les suivants :
Dans le premier scénario du groupe, des faux profils Facebook sont créés avec des photos et pseudonymes de « 𝐀𝐫𝐢𝐬𝐭𝐢𝐝𝐞 𝐁𝐚𝐧𝐜𝐞 » et «𝗥𝗮𝗺𝗮 𝗹𝗮 𝘀𝗹𝗮𝗺𝗲𝘂𝘀𝗲 ».

Ces faux comptes sont utilisés pour appâter les victimes en leur proposant une aide financière.

Une fois le contact établi et la confiance installée, la victime est mise en contact avec un complice jouant le rôle de manager pour afin d’entrer en possession des fonds.

C’est ainsi qu’en fonction du montant l’aide financière souscrit (700 000 FCFA à plus de 2 000 000 FCFA), la victime est invitée à verser des frais de dossier et d’assurance (50 000 FCFA à 150 000 FCFA).

D’autres frais pour accélérer le dossier peuvent être demandé à la victime. Dès que ces montant sont perçus avec la victime, elle sera bloquée.

Dans le second scénario, des faux profils Facebook sont créés à partir de photos de belles femmes européennes pour appâter des victimes d’origine Africaine et particulièrement Burkinabé.

Une fois l’invitation acceptée et quelques jours d’échange, le cybercriminel travaille à établir une relation intime avec la victime.

Ensuite le cyber il se fait passer pour un touriste en provenance de la France ou du Canada et que son avion doit atterrir à Bobo-Dioulasso.

C’est ainsi qu’il rentre à nouveau en contact avec la victime en se faisant passer cette fois-ci pour un taximètre désirant acquérir une carte Sim avec un indicatif Burkinabé au profit dudit touriste.

Plus tard, le cyber délinquant confirmera à la victime qu’il serait arrivé à Bobo et qu’il enregistre des difficultés avec sa carte bancaire pour assurer les frais du billet de son vol pour Ouagadougou.

C’est ainsi qu’avec de manœuvres minutieuses le cyber délinquant se ferait verser des sommes d’argent pour un nouveau billet d’avion ainsi que pour ses frais d’hôtel. Des lors que l’argent est reçu, le contact est rompu avec la victime.

Les investigations menées par la Division des Enquêtes ont permis de saisir en leurs mains ce qui suit :
Dix-sept (17) téléphones portables ; 02 ordinateurs portables ; dix-huit (18) box de Sim ; une (01) carte SIM française ;quatre (04) clés USB ; un (01) disque dur ;un (01) box de carte Sim française ; une (01) carte visa AFRICARDS UBA; deux (02) Cartes ECOBANK et BOA ; deux (02) Cartes Nationale d’Identité Burkinabé; une (01) Carte d’Identité Béninoise ; deux (02) fiches d’abonnement de carte Sim orange Burkina ; un (01) vélomoteur de marque NANO ; un (01) permis de conduire ; deux (02) photocopies de CNIB ; des cartes Sim incriminés comportant les numéros +33752828453 /67-93-83-97 /67-93-23-97 /64-73-96-78 et la somme de cent vingt-deux mille cinq cent franc CFA ( 122.500 FCFA ).

#BCLCC
#Cybercriminalité

Inde : Twitter bloque des comptes à la demande du gouvernement

Twitter vient de bloquer l’accès aux comptes de quatre artistes et militants qui soutenaient l’énorme manifestation d’agriculteurs qui dure depuis plus de six mois pour protester contre la réforme du secteur du gouvernement.

Une décision qui intervient alors que le réseau social vient d’accepter, après un long bras de fer, de mettre en place les nouvelles règles de modération de son contenu, qui offrent davantage de pouvoirs aux autorités.

Deux des comptes Twitter bloqués en Inde appartiennent à des chanteurs de hip-hop d’origine pendjabie qui vivent en Australie et au Canada : L-Fresh the Lion et JazzyB. Des stars qui sont venues soutenir les agriculteurs qui campent près de New Delhi et qui ont ensuite utilisé leur musique pour soutenir ce mouvement.

Si l’information n’a pas été commentée par les sources officielles, elle vient cependant relancer le débat autour des réseaux en Afrique, et d’une certaine politique de deux poids deux mesures.

Avec RFI

Suspension de twitter au Nigeria: les internautes crient leurs mécontentements

Au Nigeria, les internautes ont décidé de signifier leur désapprobation du blocage de Twitter sous le hashtag #KeepItOn. Les Nigérians disent considérer la situation comme une atteinte à leur liberté d’expression.

A titre de rappel, après le blocage de Twitter, les autorités ont rappelé que les utilisateurs du réseau social qui contournaient l’interdiction grâce aux VPN seraient arrêtés et poursuivis en justice.

Malgré tout, la mobilisation des internautes se met en place. Les résistants parlent déjà d’organiser un mouvement populaire le 12 juin, sur Internet. Ils ont choisi la plateforme ClubHouse, un nouveau réseau social de discussion vocale. Leur évènement a programmé des sujets comme : « Comment faire front contre la dictature » ou « Il y a vingt-trois ans mourait Abacha [dictateur des années 1990 ; Ndlr], qu’avons-nous appris depuis cette époque » ?

En attendant, l’utilisation de Twitter est toujours interdite dans le pays et les autorités ont déjà annoncé que toutes les personnes qui continuaient d’être actives sur Twitter d’une manière ou d’une autre seraient sanctionnées.

Ecofin